TSG Top Cercle member Piet Slieker

Français plus bas

Hello, can you tell me who you are?

I am Piet Slieker, I am 73 years old, and I have worked with sociocracy already for about 50 years. I started with the Sociocratic Office in Rotterdam in 1977 and from the beginning I have been involved with this office.

At that time I was 21 years old, working as an accountant and when Gerard Endenburg came with this system I felt very interested, especially when he introduced the system in his company Endenburg electronics in Rotterdam.

A lot of the people who worked at Endenburg Electronics were against it. And the labor, the union were thinking : “it is a method to give more power to the director and keep the money in its pocket.”

But I knew Gerard very well and it wasn’t the case at all. It is clear that he wanted people to be able to contribute to the policy of the company, and It was great so. I tried to find out what was the advantage for the people and so, sociocracy started.

Gerard is a man that you can’t stop. When he has an idea in his head he goes on and on and on. I remember there was something in the law of Holland which didn’t allowed to do something and most of the people stopped to get over at that time, but Gerard didn’t give up, he went on and on and step by step that got a little bit accepted. So, I like the system very much.

At that time, I was working at Endenburg Electronics and we were busy making our business on a sociocratic way, to organize things on a sociocratic way. That is my beginning with sociocracy. A couple of years later, I managed the administration and after 10 years or so, I started as a Top circle member of the company. And I was also on the Top circle of the Dutch Office. So, I did both things, I was an accountant in Endenburg Electronics and a Top circle member.

But the nicest thing is that the labor introduced me. They wanted me in the Top circle. So, they chose me. Because you are the one that has to go on the Top circle. And later on, when Gerard wanted to spend more time for the Dutch Office he left his place as director of Endenburg Electronics and finally they asked me to be his successor. So, I made quite a career in Endenburg Electronics and in sociocracy.

Was it a sociocratic decision that you were becoming the CEO?

We thought about how we were going to deal with the succession of Gerard, and we decided on a procedure. With the help of an external adviser they designed the way they wanted to make the deal about that. After some meetings they said, we have the idea that Piet is the person to be the successor. At that time, everybody except 2 members accepted, they said “we don’t know if he is the right man”. Ok, what is the problem? “You’ve never done something in business.” So, they designed a professional test, also taken by a couple of other candidates. Finally, they said “Your application is the best we have seen until now, so you have the succession of the organization.”

Then the written results of this test were requested from the Leader of the Top Circle to be published. He warned me and advised against making them public. But I said to him, I have no secret for anyone, if I am not the right candidate then I would be ok with that. I wanted to give the full information, so they did, and there was no doubt about it, they wanted me as the successor of Gerard. So, I did and it was fine for me. So is my start as a director of E.E.
But the nicest thing is that I have also been chosen by employees, and that’s very good. They accepted my leadership immediately and that was a great thing.

Further I have always interested in all things related to sociocracy as a movement and I am very interested in the theory and the way Gerard and Annewiek are doing their jobs. So, it is good to see it growing and growing. And all the people, even in Spain, are involved in the system too. So, it is a very good feeling for me.

What about your current position as a top circle at TSG?

I was a Top Circle member of the Dutch Office when we were thinking about the money we’ve earned in E.E, Gerard wanted to invest it in sociocracy. So, we founded the GEF (Gerard Endenburg Foundation), and we transferred money from E.E. to the foundation. Now the foundation supports the business of the Dutch Office and sociocratic projects. And there is a lot of money involved in that. And I am also a Top Circle member of the foundation.

And because of all those hats I was thinking “I have to leave the Dutch Office because I am too much involved and I want to do straight business”. Nevertheless, I am a Top cercle member of the Foundation, a Top Circle member of E.E. and a Top Circle member of TSG. Because I have been asked to still play those roles for developing sociocracy worldwide. And that is what I do.

Then what is your field of expertise as a Top circle member? How do you advise these organizations?

I have both an accounting and a business background, so I always want to do business. And that combination, finance and business is useful for organizations. And now I am in the situation where they ask advice about some problems they can have.

But I try to make a line and to stay right on my chair like we call it. I give advice and help them to make their decisions. That is also what I like in sociocracy, it gives everybody the power to make its own decisions. People have to make decisions themselves. I am not the one saying you have to do it this way. They have to say how they want it. And that is also what I did with my employees when I directed E.E. I always wanted to know what was the way people wanted to take. I let them solve their own problems. And in that process, I want to help them.

How do you see the evolution of sociocracy? TSG, the future,..?

It is a long way. We’ve made enormous steps forwards with people from TSG, we’ve had to do business with Gilles Charest, Annewiek, the Dutch Office and the other Offices, and that’s what I like very much. All over the world people are working with sociocracy. It is not to make money with it, it is the idea that what we do is the right thing for the people. So, let them think for themselves, do it themselves, work on their own future. That is what I think is the most important thing, the development of the people in a sociocratic surrounding.

When I look at the world, I think not everybody is sociocracially organized. It is always going around with power, who has the power and who can deal with the lobbyists. In organizations, in governments, everywhere, but people are able to do very nice things. Everybody is able to think on their own level and try to make this level a higher way. So, give them the chance. And that is what we always did in the company. I believe in it and I hope it will grow and grow with younger people like you. With new thoughts and new energy, that’s what we need.

Anything else you would like to add right now?

It’s a way of living and thinking. It has to do with what you do. And I will always help, but you’ll have to do it by yourself. Help you with the theory but let you make your own decisions.

Once I told Gerard we have to start a political party. In politics you have more power to give to people the tools needed to handle sociocracy:
How we do that, accept that everybody is different, has its own strengths and weaknesses and help each other, then we will come to the right way.
Of course, we have to live and make money, not only to make profit but also make things possible. That is the idea of the GEF because you need the money to do it. Profit is ok but the thing is to be able to do your job and help the people

º

Piet Slieker
June 2020

Bonjour, pouvez-vous me dire qui vous êtes ?

Je suis Piet Slieker, j’ai 73 ans et je travaille avec la sociocratie depuis environ 50 ans. J’ai commencé avec le centre sociocratique de Rotterdam en 1977 et depuis le début, j’ai été impliqué dans le Centre Sociocratique.

À cette époque, j’avais 21 ans et travaillais comme comptable et lorsque Gerard Endenburg est venu me parler de ce système, je me suis senti tout de suite très intéressé, et surtout lorsqu’il a introduit le système dans son entreprise Endenburg Electronics à Rotterdam.

Beaucoup de gens qui travaillaient chez Endenburg Electronics étaient contre. Et le personnel et le syndicat pensaient : « c’est une méthode pour donner plus de pouvoir au directeur et garder l’argent dans sa poche ».

Mais je connaissais très bien Gerard et ce n’était pas du tout le cas. Il est clair qu’il voulait que les gens puissent contribuer à la politique de l’entreprise, et c’était formidable. J’ai essayé de découvrir quels étaient les avantages pour les personnes et ainsi la sociocratie a commencé.

Gerard est un homme que vous ne pouvez pas arrêter. Quand il a une idée en tête, il continue encore et encore. Je me souviens qu’il y avait quelque chose dans la loi hollandaise qu’il n’était pas autorisé de faire et la plupart des gens s’étaient arrêtés de chercher à dépasser cet écueil mais Gerard n’a pas abandonné, il a continué encore et encore et pas à pas c’est devenu un peu plus accepté. Donc j’aime beaucoup le système.

Je travaillais à cette époque chez Endenburg Electronics et nous étions occupés à conduire nos affaires de manière sociocratique, d’organiser les choses de manière sociocratique.
C’est mon début avec la sociocratie. Quelques années plus tard, j’ai dirigé l’administration et environ 10 ans après, j’ai commencé en tant que membre du Cercle Supérieur de l’entreprise. Et j’étais aussi sur le Cercle Supérieur du Centre Sociocratique. J’ai donc mené les deux choses de front, j’étais comptable à Endenburg Electronics et membre du Cercle Supérieur.

Le plus formidable, c’est que c’est le personnel qui m’a plébiscité. Ils me voulaient sur ce Cercle Supérieur, alors ils m’ont choisi. Parce que c’est toi qui es celui qui doit aller sur le Cercle Supérieur. Et plus tard, lorsque Gerard a voulu passer plus de temps pour le Centre Sociocratique, il a quitté sa place de directeur d’Endenburg Electronics et finalement ils m’ont demandé d’être son successeur. J’ai donc plutôt fait une vraie carrière dans Endenburg Electronics et dans la sociocratie.

Est-ce une décision sociocratique que vous deveniez PDG ?

Nous avons réfléchi à la manière dont nous allions gérer la succession de Gerard et nous avons décidé d’une procédure. Avec l’aide d’un conseiller externe, ils ont conçu la façon dont ils voulaient conclure l’affaire à ce sujet. Après quelques réunions ils ont dit, nous pensons que Piet est la personne adéquate pour être le successeur. A cette époque tout le monde a accepté, sauf 2 membres qui disaient “on ne sait pas s’il est la bonne personne”. Ok, quel est le problème ? “Vous n’avez jamais rien fait en commerce.” Alors, ils ont donc conçu un test professionnel, qu’ils ont également fait passer à quelques autres candidats. À l’issue du test, ils ont déclaré « Votre candidature est la meilleure que nous ayons vue jusqu’à présent, vous avez donc la succession de l’organisation. »

Ensuite, les résultats écrits de ce test ont été demandés au leader du Cercle Supérieur pour être publiés. Il m’a mis en garde et déconseillé de les rendre publics. Mais je lui ai dit, je n’ai de secret pour personne, si je ne suis pas le bon candidat, je serais d’accord avec ça. Je voulais donner toutes les informations, alors ils l’ont fait et cela n’a plus fait aucun doute, ils me voulaient comme successeur de Gerard. Alors je l’ai fait et c’était bien pour moi. Voilà mes débuts en tant que directeur d’E.E.
Mais le plus beau, c’est que j’ai aussi été choisi par les employés, et c’était très bien. Ils ont accepté mon leadership, immédiatement, et c’était une bonne chose.

Pour aller plus loin, je me suis toujours intéressé à tout ce qui concernait la sociocratie en tant que mouvement et je me suis beaucoup attaché à la théorie et aussi à la façon dont Gerard et Annewiek font leur travail. Il est donc appréciable de voir que cela grandit et grandit. Et tout le monde, même en Espagne, est également impliqué dans le système. C’est donc une très bonne sensation pour moi.

Qu’en est-il de votre position actuelle en tant que Cercle Supérieur chez TSG ?

J’étais un membre du Cercle Supérieur du Centre Sociocratique de Hollande quand nous avons commencé à penser à l’argent que nous avions gagné avec E.E. Gerard voulait l’investir en sociocratie. Nous avons donc fondé la GEF (Gerard Endenburg Fondation) et nous avons transféré l’argent de E.E. à la Fondation. Aujourd’hui, la Fondation soutient les activités du Centre Sociocratique et des projets sociocratiques. Et il y a beaucoup d’argent impliqué là-dedans. Et je suis également membre du Cercle Supérieur de la Fondation.

Et à cause de tous ces chapeaux, je me suis dit « je dois quitter le Centre Sociocratique parce que je suis trop impliqué et je veux faire des affaires éthiques ». Néanmoins, je suis membre du Cercle Supérieur de la Fondation, membre du Cercle Supérieur de E.E. et membre du Cercle Supérieur du TSG. Parce qu’on m’a demandé de continuer à jouer ces rôles pour développer la sociocratie dans le monde. Et c’est ce que je fais.

Alors quel est votre domaine d’expertise en tant que membre de Cercles Supérieurs ?
Comment conseillez-vous ces organisations ?

J’ai à la fois une expérience en comptabilité et en commerce, donc je veux toujours faire des affaires. Et cette combinaison, finance et commerce est utile pour les organisations. Et maintenant je suis dans la situation où ils me demandent des conseils sur certains problèmes qu’ils peuvent avoir.

Mais j’essaie de faire une séparation pour rester droit dans mes bottes comme on dit. Je leur donne des conseils et les aide à prendre leurs décisions. C’est aussi ce que j’aime en sociocratie, cela donne à chacun le pouvoir de prendre ses propres décisions. Les gens doivent prendre eux-mêmes les décisions. Je ne suis pas celui qui dit vous devez le faire de cette façon. Ils doivent exprimer ce qu’ils veulent. Et c’est aussi la façon dont j’ai procédé avec mes employés lorsque j’ai dirigé E.E. J’ai toujours voulu savoir quel chemin les gens voulaient prendre. Je les laisse résoudre leurs propres problèmes. Et dans cette démarche, je veux les aider.

Comment voyez-vous l’évolution de la sociocratie ? TSG, l’avenir … ?

C’est un long chemin. Nous avons fait d’énormes progrès avec les gens de TSG, nous avons dû faire affaire avec Gilles Charest, Annewiek, le Centre néerlandais et les autres Centres, et c’est ce que j’aime beaucoup. Partout dans le monde, les gens travaillent avec la sociocratie. Ce n’est pas pour gagner de l’argent avec ça, c’est l’idée que notre façon d’opérer est la bonne manière, pour les personnes. Alors laissez-les penser par eux-mêmes, faire par eux-mêmes, travaillez sur leur propre avenir ! C’est ce que je pense être la chose la plus importante, le développement des personnes dans un environnement sociocratique.

Quand je regarde le monde, je pense que tout le monde n’est pas organisé de façon sociocratique. Cela tourne toujours autour du pouvoir, qui a le pouvoir et qui peut traiter avec les lobbyistes. Dans les organisations, dans les gouvernements, partout, mais les gens sont capables de faire de très belles choses. Chacun est capable de penser à son propre niveau et d’essayer de faire de ce niveau un chemin plus élevé. Alors donnez-leur la chance. Et c’est ce que nous avons toujours fait dans l’entreprise. J’y crois et j’espère que cela grandira et grandira avec des jeunes comme vous. Avec de nouvelles pensées et une nouvelle énergie, c’est ce dont nous avons besoin.

Autre chose que vous aimeriez ajouter maintenant ?

Je répéterais encore et encore que c’est une façon de vivre et de penser. Cela a à voir avec ce que vous faites. Et j’aiderai toujours, mais vous devrez le faire vous-même. Aidez-vous de la théorie mais prenez vos propres décisions.

Une fois, j’ai dit à Gérard, nous devrions créer un parti politique. Parce qu’en politique, vous avez plus de pouvoir pour donner aux gens les outils nécessaires pour manier la sociocratie :
Comment nous procédons, acceptons que chacun soit différent, ayant ses propres forces et vulnérabilités et nous entraidons et avec cela, nous sommes sur la bonne voie.
Bien sûr, nous devons vivre et gagner de l’argent, pas seulement pour faire du profit mais aussi pour rendre les choses possibles. C’est l’idée de la GEF car vous avez besoin d’argent pour le faire. Le profit est ok mais le truc c’est de pouvoir faire votre job et aider les gens.

º

Piet Slieker
June 2020